mardi 29 avril 2014

La voleuse de livres - Marcus Zusak

Résumé :
1939, en Allemagne nazie.
Le pays retient son souffle.
La Mort n’a jamais été aussi occupée.
Et jamais elle ne le saura autant.
Un roman où il est question :
d’une fillette
de mots
d’un accordéoniste
de fanatiques
d’un boxeur juif
d’un certain nombre de vols…

C’est la Mort elle-même qui raconte cette histoire. Dotée d’un humour noir, sarcastique, mais compatissant, elle est témoin de la folie des hommes. Tout semble perdu d’avance, sauf quand se distinguent des enfants rebelles et des Allemands qui n’obéissent pas aux règles…

Quand La Mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l’écouter.


Ce que j’en pense :

C’est après avoir vu la bande annonce du film que je me suis penchée sur le livre. Et c’est d’ailleurs comme ça que j’ai craqué et souhaité le lire. J’avais vraiment envie de découvrir l’histoire de l’ouvrage avant de visionner le film, et je me suis tenue à cette idée. Je suis d’ailleurs très contente d’avoir lu « La voleuse de livres » car c’est un ouvrage très complet, intense, bouleversant et qui m’a vraiment marqué.

Bienvenue en pleine Allemagne, nous découvrons une époque qui va bouleverser à jamais l’histoire du monde et que chacun connaît : L’Allemagne Nazie. C’est dans les années 30 et le début des années 40 que nous allons découvrir Liesel, une jeune fille dont le père était communiste. Pour la sauver de tout ce qui va venir, sa mère décide de l’envoyer chez des parents nourriciers. Des allemands qui n’ont rien à se reprocher et où elle sera à l’abri. Alors qu’elle découvre une nouvelle vie, un nouveau monde, de nouveaux parents, de nouveaux amis, une nouvelle ville, Liesel va aussi découvrir les mots. Les livres, les lettres, la lecture, l’écriture, de si belles choses, si profondes, si marquantes, qui vont l’aider à avancer au fur et à mesure que les années passent, que la guerre traverse l’Allemagne, que la vie devient de plus en plus difficile. Et devinez qui nous raconte cette histoire ? La Mort. Une Mort sarcastique, faisant preuve de sensibilité, de questionnement et qui va se laisser intriguer par cette jeune Liesel. Cette jeune fille qu’elle croisera à trois reprises et qu’elle n’oubliera jamais. Aux côtés de Liesel et de La Mort, plongez en plein cœur de l’Allemagne nazie. Vous y découvrirez de multiples histoires qui auront un impact sur la vie de notre jeune héroïne, qui la changeront à jamais. Découvrez cette évolution, cette apprentissage de la vie et du monde, ces rencontres qu’on n'oublie jamais, ces moments éternels et si fugaces en même temps. Une belle histoire, pleine de réalité et même de cruauté mais aussi d’espoir. Car l’espoir reste et restera toujours un moyen d’avancer et de se battre. La Mort vous accueille dans ce roman pour vous conter la belle histoire d’une petite allemande pas comme les autres. 

Ce n’est pas facile de parler des personnages de ce roman. Ils sont nombreux et tous me semblent avoir de l’importance même si certains ne font que passer. On a bien sur Liesel, l’héroïne de cette histoire. C’est en enfant qu'on la découvre et qu'on la voit grandir. On la voit évoluer, apprendre, comprendre, choisir. C’est une jeune fille très attachante tant elle paraît réelle, proche du lecteur par ses questionnements, ses idées, ses pensées. Elle mène une vie de petite fille normale même si ce n’est pas vraiment comme ça qu’on peut qualifier sa vie. Séparer une enfant de sa mère n’est jamais facile mais parfois inévitable et Liesel comprendra ça à différents degrés en grandissant. Elle va mesurer la chance qu’elle a de se retrouver dans une famille nourricière dont elle se sent proche, qu’elle va finir par voir comme sa famille. Hans et Rosa Huberman vont l’accueillir alors que la séparation avec sa mère est difficile, qu’elle vient de perdre son frère, qu’elle n’a que 10 ans et qu’elle ne peut pas encore tout comprendre. A Molching, petite ville proche de Munich, la vie est différente mais elle va apprendre. On la découvre vraiment touchante et tellement curieuse qu’on l’aime, qu’on l’adore, on a envie de répondre à ses questions, de l’aider à comprendre. Une enfant innocente et qui a pourtant commencé à traverser le malheur de la vie durant cette période néfaste. Liesel est une héroïne courageuse, elle ne se cache pas, on la découvre pleinement, dans ses défauts, dans ses qualités, dans ses peines et ses joies, dans toute sa splendeur d’enfant qui ne sait pas ce qui approche doucement et inévitablement avec la guerre qui fait rage. Je ne sais pas comment vous parler d’elle, elle est tellement particulière. Ordinaire et extraordinaire. Il faut juste savoir qu’elle est touchante et que les mots auront pour elle une saveur particulière. Au travers des livres d’abord puis par l’écriture. Nombreux sont les personnages qui vont traverser sa route : Tout d’abord Hans et Rosa, ses parents nourriciers. Hans est calme, protecteur, il est là quand il faut et c’est lui qui sera à ses côtés nuit après nuit quand elle se réveillera de ses cauchemars. C’est un homme juste, plein de bonté. On sent tout de suite qu’il fait parti des hommes bons qu’on apprécie forcément. Il sera pour Liesel, comme pour le lecteur, source de douceur mais aussi d’une force inattendue quand il le faudra. Rosa apparaît elle comme une femme dure, vulgaire et assez agaçante, pourtant étonnamment on découvre tout de même autre chose la dessous. On apprend à la connaître et à comprendre. Elle traduit son amour d’une manière différente mais elle aussi est là quand il le faut, dans les coups durs, quand on a besoin d’elle. Ils forment un couple étonnant mais qui fera figure de repère pour notre petite Liesel. On rencontre aussi Rudy, l’ami turbulent, rigolo, aventurier, toujours prêt à faire des sales coups avec Liesel mais aussi à l’aider quand il le faut. Je ne peux pas vous parler de tous les protagonistes qu’on croise car si chacun est lié à Liesel, ils ont tous une histoire propre et il est assez difficile de tous les énumérés. Toujours est-il que Max, un boxeur juif, sera lui aussi un personnage marquant et inoubliable pour l’héroïne et le lecteur. Il marquera un tournant, un nouvel aperçu de ce qui se passe vraiment. C’est un jeune homme tout simplement bouleversant qu'on découvre avec bonheur. Il jouera un rôle fondamental dans la vie de notre héroïne. Enfin je me dois de vous présenter la narratrice de l’histoire qui n’est autre que la mort. Sarcastique mais étonnement tendre et sensible quand il le faut, elle est bien loin de l’image qu’on peut en avoir au premier abord. J’ai apprécié la manière dont l’auteur en a fait un personnage de son roman.

Markus Zusak nous transporte à une autre époque par son roman. On découvre la seconde guerre mondiale au travers des yeux allemands, et ce fut une première pour moi. On découvre ce que ces innocents ont ressenti en voyant les dérives de leur pays, mais aussi ce qu’ils ont subi. On comprend que toutes les personnages que nous rencontrons ne sont pas des anges et ont même des torts, beaucoup de torts, mais d’autres n’avaient rien fait, rien demandé et se sont retrouvés à devoir choisir entre un parti pour avoir du travail, ou rien du tout. Nous découvrons particulièrement l’histoire de Liesel évidemment, cette petite fille qui s’accroche parfois à son passé. Lors de l’enterrement de son frère, elle trouvera un petit livre noir « Le manuel du fossoyeur », un manuel qui symbolisera son passé, son ancienne vie, tout ce qu’elle a laissé derrière elle. Ce livre ne sera que le début de son histoire de voleuse de livres. Pourtant elle va avancer et découvrir cette nouvelle vie qu’elle considérera comme normale. Pourtant l’arrivée de Max dans son foyer, dans sa vie, viendra bouleversé tout cet ordre et lui fera comprendre beaucoup de choses. L’auteur déroule son roman doucement, lentement, il prend le temps de nous présenter les protagonistes, le monde qui les entoure. On découvre leur vie, leur quotidien et même si ça peut paraître long, c’est loin d’être le cas. J’ai trouvé magnifique la manière dont l’auteur nous a présenté les choses, la manière dont au fur et à mesure il a apporté les éléments de son roman. Ce livre ne nous parle pas seulement d’une époque, d’une vie, d’une fille, il nous parle aussi d’amour. Un amour entre un père et sa fille, un amour qui unie Hans et Liesel. C’est peut-être cette relation qui m’a le plus touché. Elle est magnifique, pleine de beauté, de tendresse, de force et de bonté. Cette relation m’a émue tout au long de ma lecture. Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi l’amour entre Liesel et son ami Rudy, une histoire d’amitié elle aussi vraiment belle et enfin il y a l’amour entre Max et Liesel. L’un et l’autre vont s’aider dans leur réalité propre. Ils vont être là l’un pour l’autre et ils vont se permettre de s’en sortir. Enfin il y a l’histoire d’amour entre Liesel et les mots. La plus profonde, la plus complexe, la plus éternelle des relations.  

Toute cette histoire nous est racontée par La Mort. Ça apporte une originalité certaine au roman mais a rajoute aussi de la beauté à cette lecture. Je ne sais pas comment qualifier ce que j’ai ressenti en lisant cet ouvrage. Je suis passée par toute sortes d’émotions, de la joie à la tristesse en passant par la peur. « La voleuse de livres » est une incroyable histoire d’amour, d’amitié, de bonheur mais aussi de réalité. On y découvre le pouvoir des mots au travers de Liesel qui apprend à les manier, à les aimer, et j’ai trouvé cette approche de l’auteur pleine de justesse surtout en cette période où un seul et unique homme a réussi à asservir tout un pays grâce à sa façon de manier ces fameux mots. Il arrive à associer la vie d’une fillette à celle de tout un pays. A nous parler d’un quotidien et d’une période historique très importante. Dans ce livre, Marcus Zusak aborde beaucoup de thèmes sans jamais perdre le lecteur, sans jamais le flouer. Il va au bout de ses idées. Au travers d’une écriture originale traversé par des citations de la mort, des carnets de dessins, des histoires, des retours en arrière, etc… On plonge dans cette histoire. On ne ressort pas indemne de cette très belle lecture.

Je remercie Marie et les éditions Pocket Jeunesse pour cette très belle lecture !

La voleuse de livres de Marcus Zusak aux éditions Pocket (jeunesse) (30 Janvier 2007 - 509 pages).

18 commentaires:

  1. Ca a l'air d'être une lecture plein d'émotions malgré le thème historique. Je suis très intriguée par le fait que ce soit la Mort qui narre l'histoire ! Surtout si elle sait être tendre...
    Je sortirai sans doute ce livre de ma PAL durant l'été...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est exactement ça ! Moi aussi ça m'a surprise et au final c'est une très bonne chose !
      J'espère qu'il te plaira :)

      Supprimer
  2. Un très bon livre, original =D
    Et l'adaptation n'est pas mal du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que j'aille la regarder !!

      Supprimer
  3. J'ai eu un beau coup de cœur pour ce roman ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps il fait ressentir tellement de choses ! :)

      Supprimer
  4. Je viens de lire ton article et je le trouve très complet!
    J'ai moi même fait un article sur ce livre alors je m’intéresse un peu à l’avis des autres ;)
    Je trouve que tu en parle avec une grande justesse et que tu analyse bien les situation parfois un peu compliqués.
    Si je peux faire une seule critique: ton texte fait un peu bloc, pense peut être à passer à la ligne un peu plus souvent ou mettre des photos mais... je peux rien dire car c'est mon problème aussi ;)
    A part sa, une seule chose à dire: parfait!

    Voici ma critique: http://lenvoleedesmots.blogspot.fr/2014/02/la-voleuse-de-livres-de-markus-zusak.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'aller voir ton article aussi, merci :)
      Je pense essayer de voir le film très bientôt car il a vraiment l'air pas mal !

      Supprimer
  5. Je l'ai dans ma PAL :) J'ai hâte de le lire même s'il doit être très triste

    RépondreSupprimer
  6. Oh là là, il m'attend dans ma PAL, et tu m'as bien donné envie, merci pour cette chronique fournie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère q'il te plaira autant qu'à moi :)

      Supprimer
  7. Je dois le lire sous peu! Tu me motives :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras, tu passeras un bon moment !

      Supprimer
  8. Je n'ai pas lu le roman, mais j'ai vu le film. Que j'ai beaucoup aimé. Mais maintenant, au tour du livre ! Ta chronique dénote une sensibilité qui était absente de l'adaptation, et je suis curieuse de m'y confronter :)
    Encore une fois, un avis à tomber ma poupette ♥ Plein de bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment vraiment vraiment que j'aille voir le film, il a l'air vraiment bien ! :) Je pense que le livre peut vraiment te plaire et oui ce livre est vraiment plein de sensibilité et d'émotions !
      Je te fais tout plein de bisous mon Bouchon <3

      Supprimer
  9. Je suis tout à fait d'accord avec toi! J'ai vraiment adoré le fait que ce soit la mort qui raconte. C'est très inhabituel! Au fait, je sais qu'on ne se connait pas beaucoup, mais nous t'avons taguée... Voici le lien si ça t'intéresse! http://dimensionlivres.blogspot.fr/2014/05/tag-des-11-questions.html
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça apporte une touche encore plus originale ! :)
      Merci beaucoup ! Je vais aller voir ça au plus vite, c'est très gentil :)

      Supprimer