mardi 23 septembre 2014

Un garçon si gentil... - Magali Wiener


Résumé : 

La soirée s'annonce bien pour Rodrigues, ce garçon si gentil : fête de la Musique, bière et rock'n'roll. Et puis ce concert avec Aurélie, qui semble ne chanter que pour lui. Des regards qui s'échangent, l'alcool qui fait du bien, des envies plein les yeux... Une nuit qui tient ses promesses. Rodrigues est heureux. Jusqu'au lendemain matin, où le cauchemar commence…

Ce que j’en pense : 

Voilà un petit livre qui aborde un thème assez difficile. Je ne savais pas réellement à quoi m’attendre, comment on suivrait les choses, etc… N’ayant lu aucune chronique sur ce livre je me lançais un peu à l’aveugle et sans savoir ce que j’allais trouver.

Rodrigues, plus communément appelé Rod, est un garçon gentil. Il est timide, réservée, discret, sportif, attentif en cours, c’est un jeune lycéen normal et bien plus calme que bien d’autres. Mais Rod est aussi amoureux d’Aurélie, une fille de son lycée qui fait partie d’un groupe de musique. Quand après avoir assisté à un de ses concerts, elle lui propose une balade, le jeune homme est plus heureux que jamais. La soirée se déroule bien, ils boivent un peu tous les deux et continuent à se promener. Rod sent qu’Aurélie l’invite à quelque chose, que cette soirée n’est pas anodine. Quand ils finissent dans un parc où la jeune fille veut se reposer, le lycéen y voit là une invitation, après tout elle ne l’aurait pas invité à venir avec elle si elle n’attendait rien de lui ? Pour Rod la soirée se passe merveilleusement bien et les choses ne font que s’améliorer quand il fait l’amour à Aurélie. Il l’aime, elle l’aime, tout est merveilleux. Il s’endort tranquillement dans ce parc qui a abrité le début de leur relation. Le matin il est seul. Le lendemain la police est à sa porte. Un viol. Voilà ce dont on l’accuse. Ce dont Aurélie l’accuse. Mais elle l’a voulu non ? Elle lui a fait comprendre qu’elle voulait vivre quelque chose avec lui ? Rod ne comprend pas. Il est innocent mais tout le croit coupable. Le début d’une descente aux enfers qui marquera la vie et le destin de ce jeune lycéen sans histoire. 

Nous suivons l’histoire du point de vue de Rod qui est donc le personnage principal. Étant donné que c’est lui le « coupable » dans l’histoire c’est assez étrange, troublant… Je savais ce qu’il avait fait même en le voyant à travers ses yeux j’avais compris qu’il n’avait pas fait quelque chose de bien… Mais lui même ne comprenait pas. Franchement j’étais assez mal à l’aise, d’un côté je le détestais pour ce qu’il avait fait et d’un autre j’avais de la peine pour lui. Il va vivre des choses atroces et on est confronté à un jeune homme brisé, dans l’incompréhension, dans le mutisme. Face à lui on a Aurélie, la victime, qu’on ne connait pas au final. Elle est là mais c’est tout, elle témoigne de ce qu’il s’est passé et ça s’arrête là, j’ai ressenti de la compassion pour elle mais c’est tout. J’aurais aimé que son personnages soit un peu plus développé. Quand j’y réfléchis je me dis que tout le roman tourne autour de Rod, de ce qu’il vit, de sa personnalité, de ce qu’il voit. On se retrouve souvent dans la tête des victimes mais rarement dans celle des coupables. Et d’ailleurs ici même si on sait que Rod est coupable, lui se voit comme une victime. C’est vraiment bizarre, je n’arrive pas réellement à vous présenter son personnage, c’est vraiment complexe et à découvrir par soi même. On a le sentiment d’être dans sa tête durant plus de 200 pages… Et parfois c'est vraiment gênant.

Le thème de l’histoire m’a assez plu au sens où il est original. Je n’avais encore jamais lu de livre de ce genre mais pourtant je n’ai pas accroché malgré la puissance des émotions transmises par ce roman. Je vais vous expliqué pourquoi… Tout d’abord la façon dont le roman est écrit. L’auteure a choisi d’écrire de manière saccadé, les phrases sont courtes, concises et ça m’a clairement empêché de me sentir entraîner par l’histoire, je restais extèrieure au livre à cause de ça. Le sentiment de malaise que je ressentais n’a pas aidé non plus c’est vrai. Entre ces deux points je n’ai tout simplement pas réussi à accrocher. Même si le thème était très intéressant, si le personnage de Rod l’était aussi de part sa complexité, je n’ai pas réussi à me sentir emporter par le roman. 

Je suis donc partagé avec « Un garçon si gentil... ». D’un côté suivre Rod est assez bouleversant mais en même temps l’écriture en elle même m’a repoussé, m’a gêné durant tout. Pour conclure je suis assez mitigée mais je ne regrette pas d’avoir découvert cette histoire vraiment poignante. Je ressors avec un léger sentiment de malaise de cette histoire, je ne sais pas trop quoi penser de cette conclusion, c’est… étrange. Les thèmes du viol, de l'alcool, de la façon dont on traite la femme sont ici abordés de manière directe. 

Voilà donc une chronique assez floue mais je n’arrive réellement pas à vous expliquer mon ressenti. Même si je ressors mitigée, je pense que c’est un livre vraiment intéressant à découvrir. 

Je remercie Élodie et la collection Macadam pour cette lecture !


Un garçon si gentil... de Magali Wiéner aux éditions Milan (Macadam) (27 Août 2014 - 247 pages).

8 commentaires:

  1. Ce roman me tente de plus en plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira dans ce cas :)

      Supprimer
  2. Malgré ton avis mitigé, j'aimerais bien le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, je suis contente de l'avoir lu aussi malgré mon final mitigé !

      Supprimer
  3. Il m'intrigue beaucoup ce livre, je ne sais pas si je le lirais, à voir, je vais voir ce qu'en pense d'autres blogueurs pour me donner un avis définitif ! En tout cas merci pour cette chronique ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est un livre à découvrir par soi même, c'est un peu une expérience à vivre chacun par soi ! Mais de rien <3

      Supprimer
  4. Il m'intrigue également, même si le bémol que tu mets sur le style de l'auteur me rebute un peu... A voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après je pense qu'avec ce style tu peux très bien accroché... Ou le contraire !

      Supprimer